demain dès l'aube

de Pierre Notte

2015

À peine femme, pas encore mère, je suis entrée dans l’âge adulte avec ce soucis et cette nécessité : prendre soin de mes grands-mères. Comme un relais de tendresse et d’attention passé d’elles à moi, des mamies de mon enfance à la jeune femme que je suis devenue et sur qui l’on compte.

 

Parce que la filiation fait partie du chemin, en est parfois le nœud et parce que nos grands-parents sont un repère vivant sur le fil de notre histoire, parce que les connaître mieux permet de se comprendre et parce que lorsque l’on cherche où aller il est préférable de savoir d’où l’on vient, j’ai voulu m’emparer de cet amour inconditionnel et de cette responsabilité choisie, consciente de la force et de la complexité de ces liens dans de nombreuses familles.

Lorsque j’ai proposé à Pierre Notte cette création pour deux comédiennes, pour une jeune femme et sa grand-mère, il s’est emparé du sujet, y a mêlé ses préoccupations, son rythme et ses mots et en 2012 il m’a confié Demain dès l’aube, un texte complexe, sinueux, drôle et émouvant, que je porte aujourd’hui à la scène.

De fait, tout ce projet est une histoire de passation, de relais, qui se raconte jusque sur le plateau où cinquante ans de théâtre se transmettent d’Evelyne Istria à Chloé Olivères.

 

Grâce à Pierre d’abord et maintenant à l’ensemble de l’équipe de création, Demain dès l’aube est un hommage que je rends aux femmes qui m’ont portée.

 

Noémie Rosenblatt

C’est alors que j’ai rencontré Pierre Notte, que j’ai découvert ses textes et son style plein d’esprit qui fait grincer les tensions familiales avec humour.

 

De la Clémence au bras du Jeune homme à la grand-mère « auto-zigouillée » des Couteaux dans le dos, en passant par Le vieil homme de Bidules trucs, sans oublier les fantasques Deux petites dames vers le Nord, il saisit dans ses personnages d’aïeux tout ce qu’ils ont de loufoque et d’énergisant.

 

Ce sont souvent, et encore ici, des grands-parents moteurs de l’émancipation et libérateurs. Et dans ses dernières pièces, le nœud filial est devenu aussi un espace de réconciliation où l’on doit prendre soin et donner de l’attention.

l'équipe

l'équipe de création

  • ANGELINE CROISSANT

    Scénographe

    Diplômée de l’Ecole Européenne Supérieure d’Art de Bretagne, Angéline Croissant est plasticienne.

    Suite à son diplôme, elle participe aux créations de Jean-François Sivadier, Dominique Pitoiset, et Christine Letailleur en tant que stagiaire en scénographie et accessoires au Théâtre National de Bretagne, notamment sur la création d’Éric Lacascade, Oncle Vania de Tchekhov. Elle accompagne la création du Hamlet de Daniel Mesguich, et travaille régulièrement au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique en tant que régisseuse, accessoiriste ou scénographe. Comme plasticienne, elle collabore régulièrement aux projets de Philippe Berthomé, créateur lumière.

    Cette saison elle crée la scènographie pour Le cercle de craie d'Emmanuel Besnault d'après Klabund et Li Xingdao, et collabore avec Stuart Seide sur la création de La danse de mort de Strindberg.

    Demain dès l'aube est sa première collaboration avec la Compagnie, qu'elle retrouvera pour J'appelle mes frères en 2018.

  • julia riggs

    Créatrice lumières

    Julia Riggs se forme aux Arts et Techniques du Spectacle aux Etats-Unis, à Beloit College, à l'Institut National du Théâtre-Centre Eugène O'Neill et à l'Opéra de Santa Fe.

    Depuis son retour en France, elle travaille comme régisseuse lumière au sein du Théâtre National de Bretagne, du Musée de la danse et d’autres structures, sur les spectacles d’Eric Lacascade, Jean-François Sivadier, Stanislas Nordey, Catherine Diverrés, Boris Charmatz ou encore Thomas Ostermeier. Elle accompagne certaines créations de Philippe Berthomé et crée seule les lumières pour le chorégraphe Alain Michard et le conteur Sylvain Cebron de Lisle.

  • MARC BRETONNIERE

    Créateur son

    Après une formation d’ingénieur du son, Marc Bretonnière rejoint les Tréteaux de France en 1987 comme régisseur, avant d’intégrer l’équipe technique du Conservatoire national Supérieur d’Art Dramatique de 1990 à 1993. Depuis, il y revient régulièrement pour les créations des Journées de Juin. Il accompagne aussi de nombreux projets pédagogiques.

    Au théâtre il collabore avec Stanislas Nordey, Bernard Levy, Arnaud Churin,  John Arnold, Stuart Seide, Eric Lacascade ou encore le Birgit Ensemble.

    Demain dès l'aube est sa première collaboration avec la Compagnie, qu'il retrouvera pour J'appelle mes frères en 2018.

  • charlotte gillard

    Costumière

    Charlotte Gillard est costumière, styliste et habilleuse pour le cinéma et le théâtre.

    Elle est titulaire d'un master d'Art du Spectacle et diplômée des Métiers d’Arts dans la création de costumes.

    Après plusieurs expériences dans la mode (shooting photo et défilés), la TV et la pub, c'est au cinéma et au théâtre qu'elle exerce avec passion. Elle a signé les costumes des courts-métrages primés Maso de Rodolphe Tissot,  La marche des crabes d’Hafid Aboulahyane, Les Naufrageurs de Raphaël Mathié...

    Au théâtre, elle travaille pour La Comédie Française et régulièrement au Théâtre National de Bretagne à Rennes, ainsi que pour plusieurs compagnies dont l'Association W du Chorégraphe Jean-Baptiste André.

la presse

OUEST FRANCE

Le portrait de Noémie Rosenblatt

L'article sur le spectacle

L'émouvant papier de Lauren Malka sur son blog La drôlerie des palmiers

L'article d'Ivanne Galant sur Reg'arts.org

L'article de Josiane Asmane pour Aubalcon.fr

en image

Crédit photo Simon Gosselin à Bruay la Buissière le 23 mars 2015

Extraits (6 min)

Captation intégrale

(65 min)

Captation réalisée par Jean Sentis

au TOP de Boulogne-Billancourt

le 12 avril 2015

 

Noémie Rosenblatt

La Compagnie du Rouhault

© Copyright 2018 - Noémie Rosenblatt

La Compagnie du Rouhault

Site internet - François Fleurent

À peine femme, pas encore mère, je suis entrée dans l’âge adulte avec ce soucis et cette nécessité : prendre soin de mes grands-mères. Comme un relais de tendresse et d’attention passé d’elles à moi, des mamies de mon enfance à la jeune femme que je suis devenue et sur qui l’on compte.

Parce que la filiation fait partie du chemin, en est parfois le nœud et parce que nos grands-parents sont un repère vivant sur le fil de notre histoire, parce que les connaître mieux permet de se comprendre et parce que lorsque l’on cherche où aller il est préférable de savoir d’où l’on vient, j’ai voulu m’emparer de cet amour inconditionnel et de cette responsabilité choisie, consciente de la force et de la complexité de ces liens dans de nombreuses familles.

C’est alors que j’ai rencontré Pierre Notte, que j’ai découvert ses textes et son style plein d’esprit qui fait grincer les tensions familiales avec humour.

 

De la Clémence au bras du Jeune homme à la grand-mère « auto-zigouillée » des Couteaux dans le dos, en passant par Le vieil homme de Bidules trucs, sans oublier les fantasques Deux petites dames vers le Nord, il saisit dans ses personnages d’aïeux tout ce qu’ils ont de loufoque et d’énergisant.

Ce sont souvent, et encore ici, des grands-parents moteurs de l’émancipation et libérateurs. Et dans ses dernières pièces, le nœud filial est devenu aussi un espace de réconciliation où l’on doit prendre soin et donner de l’attention.

Lorsque j’ai proposé à Pierre Notte cette création pour deux comédiennes, pour une jeune femme et sa grand-mère, il s’est emparé du sujet, y a mêlé ses préoccupations, son rythme et ses mots et en 2012 il m’a confié Demain dès l’aube, un texte complexe, sinueux, drôle et émouvant, que je porte aujourd’hui à la scène.

De fait, tout ce projet est une histoire de passation, de relais, qui se raconte jusque sur le plateau où cinquante ans de théâtre se transmettent d’Evelyne Istria à Chloé Olivères.

 

Grâce à Pierre d’abord et maintenant à l’ensemble de l’équipe de création, Demain dès l’aube est un hommage que je rends aux femmes qui m’ont portée.

 

Noémie Rosenblatt

demain dès l'aube

de Pierre Notte

2015

  • PIERRE NOTTE

    Auteur

    Auteur dramatique, compositeur, metteur en scène et comédien, Pierre Notte écrit, compose et interprète des pièces de théâtre, des cabarets et des récitals.

     

    Dès 1994, il collabore comme journaliste et critique dramatique aux magazines Le Nouvel Observateur, L'événement du Jeudi, la Terrasse et Epok. Il sera rédacteur en chef de Théâtre en 2004 et 2005 avant de devenir secrétaire général de la Comédie Française de 2006 à 2009.

     

     Il est aujourd’hui auteur associé et conseiller artistique au Théâtre du Rond-Point.

     

    Pendant dix ans (1998-2010), il fut l'intervenant artistique de l'option Théâtre-Expression dramatique du lycée Saint-Louis Saint-Clément de Viry-Chatillon, animant des ateliers d’écriture et d’analyse critique. C’est avec et pour les élèves qu’il a écrit certaines de ses pièces : Les couteaux dans le dos (2005), Par la fenêtre ou pas (2006), Mon Foyer (Je ne me suis pas flingué par hasard) (2007), Pour l'amour de Gérard Philipe (2008), Et l'enfant sur le loup (2009).

     

     Nommé trois fois aux Molières dans la catégorie « Auteur  francophone vivant», Pierre Notte écrit depuis une quinzaine d’années des textes régulièrement montés en France et à l’étranger (notamment au Japon et aux Etats-Unis)

     

  • evelyne istria

    Evelyne Istria est une actrice majeure du théâtre public français. Très tôt passionnée par la poésie et le théâtre, elle côtoie les comédiens de la troupe de Jean Vilar à l’école du TNP au Théâtre de Chaillot. Elle débute aux côtés de Pierre Debauche et d’Armand Gatti, avant sa rencontre déterminante avec Antoine Vitez. Avec lui, elle interprète le rôle d’Electre de Sophocle à trois reprises en 1966, 1971 et 1986. Elle restera une fidèle vitezienne jusqu’à la disparition du metteur en scène en 1990 tout en travaillant dans d’autres compagnies, notamment avec Roger Planchon, Stuart Seide ou Bernard Sobel.

     

    Evelyne Istria accompagne ensuite une nouvelle génération de metteurs en scène : Stéphane Braunschweig, Yves Beaunesne, Gloria Paris, Eric Lacascade, Emmanuel Demarcy-Mota, Guillaume Lévêque, Catherine Anne…

     

    Evelyne Istria découvre le cinéma avec Louis Malle en tournant dans Zazie dans le métro. Elle tournera ensuite avec Claude Gorreta, Joseph Losey, Hugo Santiago, Pierre Salvadori, Jean-Claude Janer, Etienne Chatiliez, ainsi qu’avec Claude Barma, Marcel Bluwal, Yves-André Hubert ou Hervé Baslé à la télévision.

     

    Dernièrement, elle a crée avec Vicente Pradal et Coraliy Zahonero un spectacle musical sur des textes de Miguel Hernandez, donnant voix à « la fière Espagne, la belle Espagne, éternelle et rebelle ».

    Puis elle a joué dans le dyptique de Catherine Anne, Agnès / l’Ecole des femmes, et cette saison dans Pourtant elle m'aime de Lola Naymark.

  • chloé olivères

    Elève au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de 2006 à 2009 dans la classe de Daniel Mesguish, Chloé Olivères travaille pendant trois ans avec Dominique Valadié, Andrzej Seweryn, Gérard Desarthe, Alfredo Arias, Antoine Mathieu, Mario Gonzales, Caroline Marcadé et à la FEMIS avec Marie Vermillard et Cédric Klapich.

     

    Dès la sortie du Conservatoire, elle participe aux stages d’Ariane Mnouchkine, Alain Maratra et Kristyan Lupa, et enregistre régulièrement des fictions radiophoniques pour France Culture.

     

     Au théâtre, elle a joué notamment avec Denis Moreau, Maxime Leroux, Catherine Hirsch, Antoine Mory, Anahita Gohari et avec Jean-Marie Besset dans RER en 2009 puis dans Il faut, je ne veux pas en 2010 repris en 2012.

     

    Elle tourne dans un film sur les grands rôles classiques pour Arte ainsi que dans de nombreux court-métrage.

     

    Après avoir crée Sortir de sa mère, écrit et mis en scène par Pierre Notte en 2011 au Festival d’Avignon, elle reprend la pièce en dyptique avec La chair des tristes culs, au Théâtre du Rond-Point.

    Pierre Notte la met de nouveau en scène dans C’est noël tant pis, crée au Théâtre du Rond-Point, puis cette saison, dans Sur les cendres en avant !.

     

     Pour Avignon 2016 elle reprend un spectacle qu'elle a écrit et monté avec le collectif Les filles de Simone, C'est (un peu) compliqué d'être l'origine du monde.

Noémie Rosenblatt

La Compagnie du Rouhault

© Copyright 2018 - Noémie Rosenblatt

La Compagnie du Rouhault

Site internet - François Fleurent

  • PIERRE NOTTE

    Auteur

    Auteur dramatique, compositeur, metteur en scène et comédien, Pierre Notte écrit, compose et interprète des pièces de théâtre, des cabarets et des récitals.

     

    Dès 1994, il collabore comme journaliste et critique dramatique aux magazines Le Nouvel Observateur, L'événement du Jeudi, la Terrasse et Epok. Il sera rédacteur en chef de Théâtre en 2004 et 2005 avant de devenir secrétaire général de la Comédie Française de 2006 à 2009.

     

     Il est aujourd’hui auteur associé et conseiller artistique au Théâtre du Rond-Point.

     

    Pendant dix ans (1998-2010), il fut l'intervenant artistique de l'option Théâtre-Expression dramatique du lycée Saint-Louis Saint-Clément de Viry-Chatillon, animant des ateliers d’écriture et d’analyse critique. C’est avec et pour les élèves qu’il a écrit certaines de ses pièces : Les couteaux dans le dos (2005), Par la fenêtre ou pas (2006), Mon Foyer (Je ne me suis pas flingué par hasard) (2007), Pour l'amour de Gérard Philipe (2008), Et l'enfant sur le loup (2009).

     

     Nommé trois fois aux Molières dans la catégorie « Auteur  francophone vivant», Pierre Notte écrit depuis une quinzaine d’années des textes régulièrement montés en France et à l’étranger (notamment au Japon et aux Etats-Unis)

     

  • evelyne istria

    Evelyne Istria est une actrice majeure du théâtre public français. Très tôt passionnée par la poésie et le théâtre, elle côtoie les comédiens de la troupe de Jean Vilar à l’école du TNP au Théâtre de Chaillot. Elle débute aux côtés de Pierre Debauche et d’Armand Gatti, avant sa rencontre déterminante avec Antoine Vitez. Avec lui, elle interprète le rôle d’Electre de Sophocle à trois reprises en 1966, 1971 et 1986. Elle restera une fidèle vitezienne jusqu’à la disparition du metteur en scène en 1990 tout en travaillant dans d’autres compagnies, notamment avec Roger Planchon, Stuart Seide ou Bernard Sobel.

     

    Evelyne Istria accompagne ensuite une nouvelle génération de metteurs en scène : Stéphane Braunschweig, Yves Beaunesne, Gloria Paris, Eric Lacascade, Emmanuel Demarcy-Mota, Guillaume Lévêque, Catherine Anne…

     

    Evelyne Istria découvre le cinéma avec Louis Malle en tournant dans Zazie dans le métro. Elle tournera ensuite avec Claude Gorreta, Joseph Losey, Hugo Santiago, Pierre Salvadori, Jean-Claude Janer, Etienne Chatiliez, ainsi qu’avec Claude Barma, Marcel Bluwal, Yves-André Hubert ou Hervé Baslé à la télévision.

     

    Dernièrement, elle a crée avec Vicente Pradal et Coraliy Zahonero un spectacle musical sur des textes de Miguel Hernandez, donnant voix à « la fière Espagne, la belle Espagne, éternelle et rebelle ».

    Puis elle a joué dans le dyptique de Catherine Anne, Agnès / l’Ecole des femmes, et cette saison dans Pourtant elle m'aime de Lola Naymark.

  • chloé olivères

    Elève au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de 2006 à 2009 dans la classe de Daniel Mesguish, Chloé Olivères travaille pendant trois ans avec Dominique Valadié, Andrzej Seweryn, Gérard Desarthe, Alfredo Arias, Antoine Mathieu, Mario Gonzales, Caroline Marcadé et à la FEMIS avec Marie Vermillard et Cédric Klapich.

     

    Dès la sortie du Conservatoire, elle participe aux stages d’Ariane Mnouchkine, Alain Maratra et Kristyan Lupa, et enregistre régulièrement des fictions radiophoniques pour France Culture.

     

     Au théâtre, elle a joué notamment avec Denis Moreau, Maxime Leroux, Catherine Hirsch, Antoine Mory, Anahita Gohari et avec Jean-Marie Besset dans RER en 2009 puis dans Il faut, je ne veux pas en 2010 repris en 2012.

     

    Elle tourne dans un film sur les grands rôles classiques pour Arte ainsi que dans de nombreux court-métrage.

     

    Après avoir crée Sortir de sa mère, écrit et mis en scène par Pierre Notte en 2011 au Festival d’Avignon, elle reprend la pièce en dyptique avec La chair des tristes culs, au Théâtre du Rond-Point.

    Pierre Notte la met de nouveau en scène dans C’est noël tant pis, crée au Théâtre du Rond-Point, puis cette saison, dans Sur les cendres en avant !.

     

     Pour Avignon 2016 elle reprend un spectacle qu'elle a écrit et monté avec le collectif Les filles de Simone, C'est (un peu) compliqué d'être l'origine du monde.